[Fiche d'identité] Penny Cornell

Aller en bas

[Fiche d'identité] Penny Cornell

Message par Pénélope Cornell le Jeu 15 Jan 2015 - 20:28


Titre : Garde
Nom : Cornell
Prénom : Penny
Classe : Soldat
Age : 23 ans
Lieu d'origine : Bois de la pénombre



Apparence : Rayonnante, un sourire qui vient fendre presque éternellement ses lèvres charnues, se parant d'une expression propre à chaque situation. Voilà la première chose que l'on remarque chez la jeune femme, dont les pupilles d'un vert tirant sur le jaunâtre semblent animées d'une curiosité sans faille, le regard perçant et inquisiteur. Sa silhouette finement sculptée trahit un entrainement rigoureux, accentué par le pas rapide et léger qui accompagne chacun de ses mouvements, son ombre se mouvant sur le sol tel un serpent indolant. Une chevelure châtain entretenue avec soin vient encadrer ce visage anguleux, dont les boucles semblent adoucir le tout et accrochent la lumière de par ses reflets cuivrés d'où s'échappe par ailleurs un parfum subtil, aux notes d'amandes mêlée de henné.
Peu d'artifices viennent completer ses tenues, si ce n'est deux choses notables : Une dague, au pommeau semblant à une vipère et finement décorée ne se sépare jamais de sa propriétaire, tandis qu'autour de son cou fin trône avec fierté une topaze montée en pendentif sur une chaine d'argent.

Signes particuliers : Une tâche de naissance derrière l'oreille droite

Alignement : Loyal-Bon.

Pouvoirs/Capacité:
Une très bonne mémoire
Bonne cavalière
Maitrise du tir à l'arc et très bonnes compétences en armes à feu
Compétences à l'épée, à perfectionner

Caractère :

Chacun de ses gestes semble être pensé à l'avance. Méticuleuse et perfectionniste, il n'est pas rare de la voir s'adonner à des tâches nécessitant une patience certaine, qui se lit sur son visage par quelques expressions particulières. Ainsi dans ces moments, son sourire jovial semble s’éclipser, pour laisser place à une moue des plus déterminées.
Lorsque celle ci porte son uniforme et rempli son rôle de garde, l'on peut la voir dotée d'un esprit neutre et d'une assurance certaine, exécutant les ordres donnés par ses supérieurs hiérarchiques. Douée d'un sens professionnel, elle n'en est que plus à cheval sur les principes fondamentaux qui lient une équipe, prônant l'ordre, la neutralité et la perfection.
Beaucoup diront de la jeune femme qu'elle est dévouée, travailleuse, volontaire. Le portrait que l'on peut peindre aisément d'elle comporte en plus de cela une pointe d'orgueil à l'apparence peu maitrisée, une hyperactivité significative, une curiosité sans grandes limites.

Bref historique :

Penny est l'aînée d'une fratrie de six enfants, se vantant souvent d'être arrivée dix minutes avant son frère. Fille de fermiers aux Bois de la Pénombre, ses parents, ne voyant aucun avenir pour ses six enfants envoyèrent celle ci et le reste de sa fratrie vivre dans la grande cité, y laissant leurs maigres économies, et ce, afin de leur assurer un avenir meilleur.


Dernière édition par Penny Cornell le Ven 20 Mar 2015 - 10:19, édité 3 fois
avatar
Pénélope Cornell
Citoyen

Nombre de messages : 761
Age : 31
Lieu de naissance : Sombre-Comté
Age : 26
Date d'inscription : 30/10/2014

Feuille de personnage
Nom de famille: Cornell

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fiche d'identité] Penny Cornell

Message par Pénélope Cornell le Mar 20 Jan 2015 - 20:02

20/01/35

«Allez, ouvres moi, bon sang... J'crêve de froid, là..» Le jeune homme tambourinait depuis un moment déjà à la porte rustique. En état d’ébriété avancée, l’œil hagard et le teint plus pâle qu'a l'accoutumée, il se laissa glisser contre la porte, l'utilisant comme appui alors qu'il se retrouvait bientôt affalé au sol, a demi assis. Il n'était pourtant pas de ces ivrognes qu'on rencontre à l'aube, titubant dans les rues encore désertes, non. Sa stature laissait plus évoquer un jeune homme déjà bien bâtit à la tâche, sans être pour autant une force de la nature. Ses épaules et par extension ses bras, solides, portaient de nombreuses stigmates d'un travail physique, parsemé ça et la de petites cicatrices. La pulpe de ses doigts - longs et relativement fins pour un homme - était calleuse. En s'y penchant de plus près, d'ailleurs, il n'était pas impossible d'apercevoir des échardes plantées dans la paume de ses mains, presque fusionnées a cet homme tant elles y étaient depuis un moment. Une légère odeur de résine se dégageait de ses vêtements usés, et l'on pouvait aisément retrouver quelques sciures coincées dans sa barbe fournie, dissimulant des traits encore juvéniles.
«Rah, Penny... S'il te plaît...» Le bougre tremblait de froid, voilà une heure qu'il attendait déjà.

La porte finit par s'ouvrir dans un grincement lent, déstabilisant le jeune homme contre laquelle il se reposait. Plus une parole ne sorti de sa bouche, alors qu'il se tenait devant la jeune femme qui jusqu'alors lui avait refusé d'ouvrir. Tout deux se regardèrent en silence, sans qu'aucun ne puisse baisser les yeux, tant ils étaient baignés d'un orgueil certain. Penny dégagea l'entrée de sa présence en s'enfonçant dans la pièce, éclairée a la seule lueur d'une bougie faiblissante. L'intérieur était ordonné, peut être trop. Rien n'était laissé a la décoration, tout avait son utilité, chaque objet étant rangé dans un but purement fonctionnel. Penny jugeait le jeune homme d'un œil contrarié, alors qu'elle s'attelait a concocter un mélange composé de vinaigre, d'eau et de sucre. Avachit à la table commune qui semblait pouvoir accueillir bien du monde, le garçon ne faisait pas le fier, sachant d'avance ce qui l'attendait. Il se retrouva bientôt face au breuvage douteux alors que les iris presque jaunes de Penny dardaient les siens.

«Jude, je vais t'épargner l'interrogatoire pour ce soir, bois.» Tels étaient les premiers mots qu'elle adressa a son frère, lequel dans un long moment d'hésitation avala le breuvage non sans étirer une grimace atroce.
Le jeune homme aussi maladroit qu’éméché, tenta de briser la glace:

- Hé, alors c'était calme ce soir..?
- Hmhm. Nous avons à parler.

Une grimace étira la barbe rouquine du jeune homme. L'idée ne l'enchantait guère, mais il en connaissait la raison et la nécessité de dialogue.

- J'en conclus que tu as pu voir pour le fusil.
- Oui, et le problème est là, tout ce que nous avons de coté va y passer, et il va encore en manquer.
- Je m'en doutais, parlons en à Tilda, elle pourrait peut être nous aid-

A peine eu t-il le temps de prononcer son prénom qu'il se fit couper, à la manière qu'on prendrait pour calmer un enfant, cependant. La main pâle de la jeune garde venait recouvrir celle de son frère, secouant la tête pour exprimer son désaccord.

- Les bons comptes font les bons amis. Nous trouverons. J'imagine qu'il doit bien y avoir quelqu'un en cette ville qui aurait besoin d'un meuble dont seul toi pourrait avoir le talent de confectionner.
- Peut être, oui..

Il n'était pas convaincu. Le talent, il l'avait, sans nul doute, mais voilà déjà des mois qu'il s'était installé et qu'aucune commande ne lui avait été faite. Jude savait très bien pourquoi, cela dit. Il n'était pas du genre à vendre ses compétences, préférant de loin la compagnie de jolies filles et de quelques bières aux réunions de clients potentiellement intéressés. C'était à son tour, de réfléchir et trouver une solution, tout en projetant que dans un futur proche ils seraient a nouveau six a vivre sous le même toit. Jude s'était relâché pendant l'absence du reste de la fratrie, laissant de côté la rigueur que les jumeaux avaient en commun. Hélas, cela lui avait desservi, et les relations d'accoutumées très étroites avec sa sœur s'étaient effritées au fil des jours ou il passait la plupart de son temps dehors, à la recherche d'une jeunesse disparue trop tôt. Penny, quant à elle semblait mieux supporter cette situation, à vrai dire, elle a toujours été la plus pragmatique des deux, peut être même un peu trop sérieuse.

La discussion ne pris pas longtemps à s'achever par la suite, tout deux bien trop préoccupés par leurs pensées propres. Elle avait sorti un fusil de sur l'armoire en bois massif, et l'entretenait avec une minutie certaine. L'arme jurait avec l'environnement rustique et peu aisé qui l'entourait. D'une très belle facture et à la conception typiquement Gilnéenne, sa crosse de frêne était gravée d'initiales coulées d'argent, élégantes. Elle l'inspectait sous toutes les coutures, passant la pulpe de ses doigts sur le canon, avant de les laisser glisser sur l'armature en acier de celle ci. Le garde main était lui aussi décoré d'une plaque d'acier délicatement rivetée, frappée d'une tête de loup surplombé de deux fusils. Malgré son état, presque neuf, elle l'appréhendait entre ses doigts, comme si il était une relique d'un temps passé, un souvenir marquant d'une époque qui ne sera jamais oubliée. Le regard légèrement assombri, elle ne manqua pas de le ranger à sa place, enroulée dans une étoffe de soie pourpre. Tout deux se regardèrent ensuite, l'air grave, avant de balayer l'air de la main à l'unisson, chassant ainsi l'ambiance presque oppressante que cette arme apposait dans l'atmosphère a chaque fois qu'ils y jetaient un oeil.
Un dernier regard, une accolade qui avait presque manqué, tout deux disparurent chacun de leur côté, a la recherche d'un peu de répit.
avatar
Pénélope Cornell
Citoyen

Nombre de messages : 761
Age : 31
Lieu de naissance : Sombre-Comté
Age : 26
Date d'inscription : 30/10/2014

Feuille de personnage
Nom de famille: Cornell

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum