[Fiche d'identité] Reed Fabre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Fiche d'identité] Reed Fabre

Message par Reed Fabre le Sam 13 Mai 2017 - 13:27



Titre : Garde
Nom : Fabre
Prénom : Reed
Surnoms : ReeRee / Le blondinet
Classe : Guerrier
Age : 23 ans 08/05/14
Lieu d'origine : Elwynn, Val d'Est
Apparence :

Inutile d'aller bien loin pour voir un lion, une crinière dorée comme le blé, semblable au roi de la savane, retombe maladroitement en une queue de cheval fortement bouclée sur un visage légèrement carré. Cette même chevelure, souvent sujette aux moqueries de ses camarades, est prolongée par une barbe mi-longue et volubile dont l'homme semble prendre grand soin qui laisse planer le doute en ce qui concerne son jeune âge.
Ce visage au teint légèrement bronzé par le soleil de la forêt d'Elwynn, est illuminé par un regard vert rappelant les mers du sud. Ce regard est surplombé par deux bons sourcils qui semblent avoir tendance à souvent se froncer. Son nez est légèrement relevé, lui donnant souvent un air de fouine.

Ce visage de « bûcheron soigné », assez bourru, repose sur un corps aux épaules larges, en partie musclé et poilu, ce surtout au niveau des bras. Cet homme semble avoir l’habitude des efforts physiques. Il n'est pas un mannequin mais disons que le gras semble avoir tendance à déserter son corps, sauf au niveau du ventre qui semble parfois un peu moins ferme que le reste de sa silhouette. Ses mains, elles, semblent avoir vécues plusieurs mésaventures, probablement dû à son passer de forgeron en compagnie de son père. Ses jambes sont de taille moyenne mais en revanche, ce ne sont pas des pieds qu'il a mais des bateaux !

L'homme porte souvent des salopettes, vestige de son ancien travail, il semble apprécier laisser retomber une des bretelles, lui donnant un air négligé par moment. Il lui arrive de porter d'autres tenues plutôt banales mais la "tenue" qui le caractérise le plus reste son armure de garde dont il prend grand soin.

Signes particuliers : Cicatrice très petite au coin de l’œil droit.

Alignement : Neutre Bon

Capacités :
Bon escrimeur
Bon cavalier avec une préférence pour les chevaux
Assez doué en matière d'arme à feu
Très bonnes connaissances en matière de forge de lames et d'armures

Caractère :

Si quelque chose caractérise bien la famille Fabre, c'est la gentillesse et la simplicité dont les membres font preuves. Reed n'est pas étranger à cette pratique, il ne se montre que rarement méchant et est plus souvent serviable et aimable. Il est un jeune de la campagne et peut parfois ne pas forcément comprendre ce qu'on lui dit. Ne comprenant pas les arts du second degré, il lui arrive fréquemment de froncer les sourcils quand il ne comprend pas quelque chose, à se demander si ce n'est pas son expression naturelle ! Il parle souvent avec un petit accent de la campagne, n'ayant pas forcément tous les usages de la capitale en tête. Il peu passé pour bourru aux yeux des autres de par son apparence et pourtant, le jeune Reed Fabre n'est qu'un ourson adorant les pâtisseries en tout genre, ce glouton !

Bref historique :

Reed est né en Elwynn et a fait toute sa vie là-bas. Il est l'aîné d'une famille nombreuse. Passant de bûcheron au service de son oncle à forgeron au service de son père, il a toujours baigné dans l'ambiance familiale. Sa mère, elle, est tenancière d'une boulangerie appartenant à la famille depuis des générations. Reed a eu une enfance plus que banale, ayant fait son service militaire dès que possible, il a ensuite soutenue les frontières lors des invasions de la Légion Ardente avant de rejoindre la garde.


Dernière édition par Reed Fabre le Sam 5 Aoû 2017 - 0:26, édité 1 fois
avatar
Reed Fabre
Citoyen

Nombre de messages : 238
Age : 20
Lieu de naissance : Elwynn
Age : 23 ans
Date d'inscription : 15/03/2017

Feuille de personnage
Nom de famille:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fiche d'identité] Reed Fabre

Message par Reed Fabre le Ven 4 Aoû 2017 - 23:45

A la conquête du Kawa !

Les épis de blés claquaient sur son visage, le petit Reed Fabre courrait au milieu des champs de blé alors que le soleil était à son zénith. Il connaissait les routes les plus dangereuses, les plus sûres, les plus casse-cou et surtout tous les raccourcis du Val d’Est. Il avait environ douze ans, du moins, c’est ce qu’il avait appris à l’école. Il courrait, sautait au-dessus dans les champs de blé du vieux Poquelin, un berger aigri qui ne faisait que réciter de pieuses paroles tout en buvant du bon vin en regardant les jolies dames du Val. Reed savait que ce chemin-là était certes rapide mais interdis surtout. Il risquait à tout moment de se prendre un savon par le vieux mais surtout par son père, le forgeron du village.

Il sillonnait donc ses champs de blé, des pots de confitures aux fraises s’entrechoquant dans la penche ventrale de sa nouvelle salopette. Enfin nouvelle, tout est relatif, c’était l’ancienne de son père. Elle était bleue, bien trop longue et surtout peu adaptée à un jeune adolescent. Il se prenait chaque épi de blé, les feuilles lui lacéraient le visage et la poussière tachait le tissu bleu usé.
Un bruit lourd se fît entendre et le blondinet se retrouva face contre terre… La bouche remplie de terre et surtout, une large tâche rouge au niveau du ventre. Il venait de trébucher sur l’ourlet de sa salopette… Il se releva et regarda rapidement si ce liquide à l’odeur fruité n’était pas son sang. L’un des trois pots avait cassé sous le poids du jeune homme. Il secoua sa tête et se releva, apercevant enfin une vieille cabane, son objectif.

« B’jour M’dame Fraser ! C’est Reed ! J’vous apporte la confiotte d’ma Moman ! » Il déposa les deux pots restant sur une table avant de s’approcher de la vieille dame qui guettait les bois, tricot en mains, prête à se défendre.

« En voilà une tenue Reedounet… Que t’est-il arrivé gamin ? » Elle l’observa longuement, sa peau parcheminée retombant mollement sur un visage ayant bien vécut. Elle avait un regard vairon ce qui avait toujours fasciné le jeune homme. Selon les dires des gamins du Val, cette vieille était une sorcière mais pour Fabre, c’était avant tout une amie. Étrangement, il se sentait toujours mieux avec des adultes.
« Oui, j’suis tombé su’ ma sal’pette, Pa’ a des grandes gibolles et moi des p’tites ! » Il s’exprimait en patois du Val d’Est-ce qui semblait exaspéré la vieille dame qui s’acharnait à lui apprendre les bonnes manières et surtout comment avoir de la tenue. Elle poussa un long soupire avant de se lever, s’en allant vers sa petite cuisine.

« Va me faire un café, veux-tu ? » Elle lui souriait comme sa grand-mère avant de se mettre devant son feu. Le soleil tapait pourtant et la chaleur était insoutenable… Reed ne comprenait vraiment pas la vieille dame. Il s’avança vers l’établi, et prépara un café rapidement. Il approcha ensuite madame Fraser et lui tendit le café fumant. Les lèvres à peine trempées… Elle le repoussa dans le feu en hurlant d’horreur… Le liquide avait la texture du goudron, le goût du vinaigre et l’odeur de l’urine de marcassin. « Qu’est-ce que c’est que ce tord-boyaux ?! » Elle fusilla le jeune homme gêné du regard avant de le prendre par le bras et le forcer à s’asseoir devant la cuisinière.

« D’solé m’dame Fraser ! J’sé po’ faire l’café moué ! » Il la regardait avec peur, se tenant aux bretelles de sa salopette trop large. « Z’allez pas m’tuer ou quelqu’chose d’genre pas vrai ? »
Elle secoua la tête et le regarda longuement en le présentant faces aux ingrédients de son divin café… Elle lui expliqua pendant de longues heures comment le rendre parfait avec un goût tout simplement divin. « Mon petit, le secret… C’est qu’il faut juste un peu… »


Dernière édition par Reed Fabre le Sam 5 Aoû 2017 - 0:54, édité 2 fois
avatar
Reed Fabre
Citoyen

Nombre de messages : 238
Age : 20
Lieu de naissance : Elwynn
Age : 23 ans
Date d'inscription : 15/03/2017

Feuille de personnage
Nom de famille:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fiche d'identité] Reed Fabre

Message par Reed Fabre le Sam 5 Aoû 2017 - 0:20

« Tendre » enfance…

Il courrait, à vive allure et se glissa sous une charrette à l’arrêt. Son regard se braqua directement sur son genou… Eh oui, il était blessé. Reed pressa un peu dessus et grimaça, essuyant son nez couvert d’un mélange de sang et de larmes. Il retînt un cri alors que des braillements se firent entendre au loin. Il se cacha contre une roue, son regard bleu comme le lac Miroir chercha la source de cet infâme brouhaha. Il était là, dans son pantalon déchiré et sa chemise à carreaux ouverte, raccommodée aux coudes et à divers endroits. Sa chevelure rousse étincelait au soleil alors que son regard vif, verts comme les feuilles, tournait en tous sens à la recherche de sa victime. Ah, la « Terreur du Val d’Est » avait tout ce que Reed n’avait pas : des muscles, un corps de sportif, une force plus que satisfaisante pour un gamin de son âge et surtout, un caractère bien trempé dans le thorium !

« Montre toi l’payou ! J’sé qu’t’as encore des chaussons ! Si tu m’les donnes, t’arrivera rien ! »  Il faisait sauter un caillou dans sa main puissante, couverte de tâches rouges. Le jeune blond fronça les sourcils et s’enfonça dans les buissons derrière la charrette avant de faire le tour de l’atelier de son père. Il avait beau se plaindre à son paternel, rien ne changerait. Ses parents considéraient ce genre de choses comme un jeu. Mais Reed était bien trop gentil pour ce genre "d'amusement", il ne pouvait se résoudre à frapper quelqu’un et surtout… Sa carrure était bien trop chétive pour oser une confrontation avec le colosse que représentait son assaillant. Il examina son genou puis jeta un regard au sentier devant sa maison. Le gamin roux semblait déconcentré, se soulageant probablement contre un arbre. Le gamin blessé boita jusqu’au champs de blé qu’il connaissait si bien et s’y enfonça, entendant le rouquin brailler derrière. Il fila jusqu’à la cabane de sa vieille amie Fraser et s’y cacha.

« Reed… Que fais-tu encore ici ? Tu devrais être dehors à jouer avec les enfants de ton âge » Elle cuisinait une tarte aux abricots. L’odeur emplissait les narines du jeune homme en salopette bleue et lui arracha quelques gargouillements de son petit bidon. Elle était dos à lui et ne pouvait voir qu’il était blessé.

« J’aime pas les enfants d’mon âge m’dame. Ils sont violents et sont bêtes s’vent ! » Il se gratta le nez qui continuait de saigner alors que la vieille dame se retourna dans un sursaut. Elle vînt soigner le nez du jeune homme avant de s’en aller trouver sa trousse de couture.

« Retire ta salopette, elle est déchirée et je me dois de te garder présentable Reed Fabre. » Le blondinet s’exécuta et se retrouva en chemise. Sa chemise à carreaux appartenait aussi à son père, bien trop grande pour ses petits muscles de mollasson, elle retombait à la mi-cuisse. Dame Fraser s’appliquait alors que l’aiguille transperçait le genou en charpie de cette large salopette plus adaptée à un adulte. « Tu devrais te défendre et surtout, trouver des habits adaptés à ta taille… Ton père ne t’a jamais appris que l’armure se doit d’être parfaite pour le guerrier ? » Dit-elle en posant son regard vert et jaune sur le jeune homme.
« J’suis pô un guerrier… J’suis nul. J’suis bête et faible. » Dit-il en buttant contre un tonneau avec son pied, comme un gamin vexé. Il observa calmement la dame, un morceau de coton rosé coincé dans son nez rouge. Il secoua la tête et sa longue crinière blonde parsemée de feuillages. « Et pour les habits, on est pauvre alors… Pa’ m’donne ses vieux tissus. »
Elle secoua la tête et sourit simplement aux paroles du petit blond. Sadique ou pensive, là était la question ! « Tu devrais t’entraîner un peu. Arrêter de te goinfrer de pâtisseries… » Dit-elle en montrant les tâches de confitures sur la salopette. « Et trouver un moyen pour apprendre à te battre. »

Il secoua la tête et mangea son dernier chausson aux pommes dans le silence. Il remercia sa vieille amie et décida de rentrer chez lui. Sur le chemin, il croisa la brute épaisse rousse qui l’avait malmené… Il mangeait un pain au chocolat en souriant, une nouvelle déchirure à sa chemise et un nouveau trou à son pantalon dont il tirait les fils pour l'agrandir tout en ricanant. Il tendit son bras en direction de Reed, la bouche pleine. « A ta santé l’froussard ! » Dit-il en souriant.


Dernière édition par Reed Fabre le Sam 5 Aoû 2017 - 2:47, édité 5 fois
avatar
Reed Fabre
Citoyen

Nombre de messages : 238
Age : 20
Lieu de naissance : Elwynn
Age : 23 ans
Date d'inscription : 15/03/2017

Feuille de personnage
Nom de famille:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fiche d'identité] Reed Fabre

Message par Reed Fabre le Sam 5 Aoû 2017 - 0:56

Une « armure » de guerrier

Reed réfléchissait beaucoup aux paroles de la vieille Fraser. Cela faisait une semaine voire deux qu’il s’était battu… Enfin… Qu’il s’était fait battre par le gamin roux. Il revenait de sa classe en courant et se cachait la majorité du temps chez sa vieille amie, dans les champs de blé, ou tout simplement chez lui. Il passait son temps à jouer tout seul au bord de la rivière mais parfois il lui arrivait de rêvasser.

Un jour, alors qu’il surveillait la forêt depuis le toit de sa maison, il aperçut la « Terreur » qui revenait d’une probable castagne, couvert de poussière et le bras en sang. Il décida de le suivre dans le but de savoir quels chemins éviter à l’avenir. Il fila au bas de sa maison, récupéra son lance-pierre tout en replaçant l’ourlet de sa salopette. Il prit son sac en cuir souple et commença donc à suivre le gamin qui ne cessait de jouer à lancer des caillasses contre les arbres. Reed était méticuleux et se cachait dans l’ombre des chênes d'Elwynn ou sous les buissons, il se fichait totalement du fait qu'il pourrait se salir. Arrivé devant une maison, il fila se cacher dans les draps de lit qui séchaient au-dehors pour éviter d’attirer l’attention de la brute. Lorsqu’il tourna sa tête, il se retrouva face à un pantalon bleu déchiré, une chemise bleue et blanche recousue et toutes les affaires digne d’un vrai casse-cou. « Ton père ne t’a jamais appris que l’armure se doit d’être parfaite pour le guerrier ? » Il se remémora ces paroles sans cesse.

« L’armure se doit d’être parfaite pour le guerrier ? Mais oui ! Si je porte l’armure de la Terreur, je serai la terreur ! » Il tapa dans son poing et pris la tenue au complet, la totale allant jusqu’à chercher des bottes mais il ne trouva que de vieux souliers crasseux. Il fila vers la rivière, lava les souliers et se déshabilla rapidement en enfilant cette nouvelle tenue « flambe en neuve ». Ses pieds se prirent dans quelques trous du pantalons bleu mais arrivèrent finalement à bon port. La chemise faisait entendre quelques craquements alors qu'il l'enfilait et les souliers eux, semblaient faciles d'accès. Les habits étaient un peu grands pour lui mais cela se voyait moins. Il serra la ceinture et ouvrit sa chemise tel un enfant rebelle nouveau-né ! Il donna des coups de poings dans le vide et s’y croyait vraiment ! Une fois en sueur, il fila vers l’atelier de son père, fier comme un coq et entonna calmement en bombant le torse. « Pa’ ! J’veux devenir un vrai combattant ! Je veux que tu m’apprennes à m’battre comme un homme ! »

Son père, ce grand barbu aux cheveux mi-longs, blonds quoiqu’un peu grisonnants, écarquilla les yeux en voyant son Reed si confiant. Il sourit doucement en s’approchant de lui puis posa une patte d’ours paternelle sur la tête de son fils. « Voilà qu’je r’trouve espoir en moin fiston ! T’es un grand gaillard maint’nant ! Viens ! » Il prit deux épées de bois et s’en alla dehors avec son gamin et l’entraîna à l’épée le reste de l’après-midi. Le blondinet souffrait beaucoup durant cet entraînement, mais il ne se défila pas, revigoré par cette nouvelle armure, faisant de lui une brute épaisse. Il donnait de la force dans ses coups, manquant cruellement de précision. Il faisait ses premiers pas dans le monde des hommes.

Le soleil était déjà bien couché alors que le père et le fils rentrèrent à la maison, en sueur. Le vieux Fabre, fier de son fiston, lui tapa dans le dos et ne manqua pas de conter au reste de la famille les exploits de son fils. « Dès lundi t’vas commencer ton boulot comme apprenti forgeron Reed ! T’vas devenir fort comme Pa’ ! » Reed était aux anges alors qu’il s’en alla au lit, posant sa vieille salopette dans l’armoire, il regarda encore une fois sa cuirasse qui allait faire de lui un héros et la déposa sur la chaise en souriant.

« Je vais devenir fort. » Il hocha la tête dans son lit, un peu bête et plein d’espoir alors que ses yeux se fermèrent.
avatar
Reed Fabre
Citoyen

Nombre de messages : 238
Age : 20
Lieu de naissance : Elwynn
Age : 23 ans
Date d'inscription : 15/03/2017

Feuille de personnage
Nom de famille:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fiche d'identité] Reed Fabre

Message par Reed Fabre le Mer 23 Aoû 2017 - 12:43

Un premier travail ?

Cela faisait quelques jours que Reed avait revêtu sa nouvelle armure. Il se baladait en ville, bombant le torse avec sa nouvelle épée de bois. Son père n’avait pas pu le prendre comme réel apprenti par manque de temps et d’argent, le blondinet devait donc se débrouiller seul. Pour remédier à cela, il demanda l’aide de madame Fraser. Il voulait aider son père par tous les moyens et surtout devenir un homme ! Il débarqua un beau matin dans sa cabane pour lui demander conseil. La vieille fût un peu surprise de voir son petit Fabre si dynamique, lui qui était tout de même assez timide et réservé.

« Reste un enfant tant que tu peux être un enfant Reed… » Lui dit-elle, alors que ses mains tremblaient tout en remuant sa pâte à pain. Il l’avait toujours vue ainsi, une femme forte dans un corps frêle. Comme les chocolats que sa mère faisait… Un caramel terriblement dur au milieu qui collait aux dents. Elle se retourna et s’avança vers sa chaise où elle se laissa tomber comme un chêne au milieu de la voie royale. Elle posa son regard vairon sur le jeune homme. <Savais-tu que j’avais un fils avant ?>

« Un gosse, vous ? Z’avez eut un mari avant ? » Dit-il, un peu espiègle en grattant un trou de son pantalon bleu. Il sourit en la regardant, montrant que ce n’était pas une insulte mais bien une question innocente venant d'un gamin de la campagne. Il grattait le trou ce qui abîmait encore plus le tissu du pantalon, donnant un aspect de clochard au jeune Reed. Il se releva et erra un peu dans la vieille cabane, ses bottes de cuir craquant sur le vieux parquet.

« J’ai eu un mari… Il est mort avec mon fils pendant la guerre. Ils étaient bûcherons de base. » Dit-elle en faisant une tresse avec le pain, l’ayant coupé en trois petit boudins qu’elle venait tout juste de rouler. Elle ajouta une pincée de sel alors qu’elle fixait toujours le jeune homme qui vînt mettre une autre pincée de sel. « Tu pourrais devenir bûcheron en attendant que ton père puisse s’occuper de toi. Tu gagnerais de l’argent pour ta famille. »

« Bûcheron ? Moué ? J’suis pas trop jeune ? » Il regardait la vieille avec un sourcil blond haussé. Il ne s’était jamais penché sur la question et pourtant il venait du Val d’Est. Il s’imaginait, barbu et les cheveux longs alors qu’il portait une chemise ouverte et un de ces fameux pantalons avec une hache… « Pourquoi pas… » Il se gratta la nuque et observa la vieille dame avec sa peau parcheminée, il lui offrit un splendide sourire et hocha finalement pour lui faire part de sa réponse positive. Il prit un bout de cette pâte à pain et en mangea tout en regardant les arbres au-dehors, ils allaient trembler sous sa hache !

« Parfait, je vais prévenir le contremaître alors. C’est un ami ou le fils d’un ami… Je ne m’en souviens plus… Toi il te faut une hache et tout ton matériel. Je te préviens, tu ne couperas pas d’arbre tout de suite, tu ramasseras le petit bois à tes débuts. » Elle enfourna le pain au four et se retourna vers le jeune Fabre qui souriait toujours d’un air rayonnant. Pendant un bref instant, elle crût voir son propre fils et fût prise d'une certaine nostalgie, ce blond blé lui rappelait son enfant. Elle lui rendit son sourire, une larme à l'œil qui ne tarda pas à glisser dans l'une de ses rides, cela resterai son secret.

C’est ainsi que pendant deux années il devînt bûcheron, coupant du bois et aidant son père une fois rentré du travail. Ce nouveau gagne-pain forgea l’esprit du blond mais pas seulement, son corps changeait et sa barbe pointait le bout de son nez. Il était presque un homme et ne cessa jamais de rendre visite à la vieille, toujours affublé de sa tenue de faux-clochard. Il devenait de plus en plus musclé, bien moins sec qu'avant. Puis un jour, en plein été alors que les grillons et les cigales chantaient en concert, après une longue journée de travail, il entra dans la cabanes de la vieille et...
avatar
Reed Fabre
Citoyen

Nombre de messages : 238
Age : 20
Lieu de naissance : Elwynn
Age : 23 ans
Date d'inscription : 15/03/2017

Feuille de personnage
Nom de famille:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fiche d'identité] Reed Fabre

Message par Reed Fabre le Sam 14 Oct 2017 - 0:30

Un avenir brumeux.

Et il tomba face à sa vieille amie et son père, elle lui souriait.

« Te voilà de retour du travail Reed. » Dit-elle tout en lorgnant sur le nouveau venu, un fin sourire aux lèvres. Elle se tenait aux côtés de la figure paternelle, bien grande et plus musclée que le jeune blond. Il vieillissait lui aussi, ses sourcils s’épaississaient alors que sa barbe devenait grisonnante, on ne comptait plus les traits gris dans sa crinière d’ébène. Il le regardait de ses yeux rappelant les neiges de Décembre. Sa main droite encrée dans la poche ventrale de sa salopette, salopette neuve et pourtant déjà usée, une bretelle retombant maladroitement sur sa hanche de colosse. L’autre main portait une vieille salopette bleue que Reed ne connaissait que trop bien, usée à souhait et raccommodée ici et là, il l’avait parfois portée pendant son enfance pour parodier son bon père dans ses habits trop grands.

« Fils, j’suis v’nu t’porter un présent pou’ ton aniv’ » D’un parfait patois du Val d’Est, le père lui tendit la salopette en affichant un large sourire. Il lui expliqua qu’avoir seize ans était synonyme de majorité chez les Fabre. « T’a b’soin d’un bleu d’travaille pour ton boulot d’tailleur d’boués ! Alors j’t’posse moué sal’pette comme premier cadeau ! »

Reed hocha doucement et approcha pour prendre le fameux vêtement bleu qui allait, dans l’avenir, devenir sa signature. Il passa la soirée en compagnie de son père et de la vieille avant de retourner se coucher. Le lendemain, il prit sa salopette et l’enfila avec une chemise. Il se regarda dans la glace brisée de sa chambre, il posa son gros doigt terreux sur son reflet et sourit. Il ressemblait à son père, un gaillard bien portant du Val d’est.

Les années se succédèrent alors que Reed contemplait les changements dans sa petite forêt. Il regardait avec un air rêveur les gardes partir pour la cité blanche, fier de ce dévouement total à leur patrie. Il voulait lui aussi faire plus. Je dois défendre ceux qui me sont chers ! Il regardait les bois, le camp de bûcherons, sa maison, celle de sa grand-mère et de Charlotte son amoureuse. Son regard ne cessait de bouger d’un bout à l’autre de son village. Il voulait faire plus que couper du bois... Cela devenait clair pour Reed Fabre. Il devait et non pas voulait, rejoindre l’armée. Il le sentait en son cœur, en ses tripes, ce besoin de servir de la pointe de sa lame sa patrie et ce jusqu’à ce que la mort elle-même le défie en combat singulier. Il hocha avec détermination et continua pendant plusieurs jours son métier, travaillant pour son père le soir après son travail de bûcheron. Il aidait l’affaire familiale tant bien que mal, son père espérant qu’il reprenne les rennes. Il ne pouvait pas, ne voulait pas... Il décida de partir au petit matin pour parler avec son père de ses projets d’avenir.

_________________
avatar
Reed Fabre
Citoyen

Nombre de messages : 238
Age : 20
Lieu de naissance : Elwynn
Age : 23 ans
Date d'inscription : 15/03/2017

Feuille de personnage
Nom de famille:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fiche d'identité] Reed Fabre

Message par Reed Fabre le Dim 22 Oct 2017 - 23:05

Des doutes aux rêveries.
Ils marchaient dans les bois. Reed observait son père, cette chevelure ébène avec des reflets roux, moins longue que la sienne et parsemée de gris. Il marchait avec une nonchalance caractéristique, il air détaché et désintéressé, presque simplet. Était-il bête ou est-ce qu’il se fichait simplement du reste du monde ? Il marchait aux côtés de son modèle de toujours, père et fils avaient leurs mains enfoncées dans leurs salopettes, il était difficile de ne pas voir l’air de famille. Presque des jumeaux, le père était pourtant plus grand et plus large, arborant de grandes bottes brune renforcée. Il fixait les bois vermillon, s’éveillant sous les premiers rayons du soleil. Son regard était fidèle à sa profession de forgeron, couleur acier et bien dur, presque cassant.

- « T’vas t’décider à m’dire c’qui tracôsse fils ? » Lança-t-il tout en rajustant sa ceinture de forge, une espèce d’accroche-tout où pendaient ses outils qui ne cessaient de frapper contre ses jambes et sa ceinture. Il se gratta ensuite sa splendide barbe grisonnante tout en posant ensuite une tape paternelle sur les larges épaules de son fils. Le jeune homme devînt un peu rouge mais pensa qu’il était bon de ne pas tourner autour du pot avec son père, il le lui devait bien.

- « Pa’... Je voulais te parler de quelque chose. » Il dégluti et inspira longuement tout en continuant d’avancer, traînant des pieds, ses bottes frappant l’une contre l’autre. « J’vais faire court. Je ne veux pas reprendre la forge. Je veux être garde, à Hurlevent. » Il le regarda de son regard semblable à l’écume, observant chaque mouvement de son père. Le vieil homme fronça les sourcils, plus qu’habituellement du moins. Il s’arrêta et posa son regard gris sur son fils, il le jaugeait. Ses bras se croisèrent alors qu’il continuait de toiser son fils, un visage totalement neutre. Le calme avant la tempête ? Reed était inquiet, il baissait un peu la tête tout en lui faisant face, ne se déminant pas. « Dis quelque chose Pa’... » Le père grommela et mâchonna un moment dans le vide, lissant sa salopette bleue marine.

- « Tu feras un bon garde. » Il souleva sa patte et ébouriffa son fils devenu adulte depuis peu. Il avait fait ses classes ces dernières années et était devenu un homme. Il lâcha enfin un sourire ce qui était un événement de la part du vieux Fabre, connu pour son air constamment blasé. Il glissa ensuite sa main dans sa poche, sa bretelle retombant contre sa hanche. Il se tourna et continua sa route vers son atelier, toujours aussi calme. Il laissa un Reed décomposé, la bouche entrouverte et le regard écarquillé.

- « Mais tu ne dis pas non ?! Papa ?! J’pensais qu’tu allais t’énerver et m’mettre un gnon. » Il était choqué et ne comprenait pas. Il lui emboîta le pas tout en se pressant pour arriver à sa hauteur. Ils pénétrèrent dans l’antre du vieil ours, son atelier. Il posa ses fesses sur un des établis alors que le père allumait la forge en ajoutant du charbon. Le père se releva lentement, pelle en main, il se servit de cette même pelle pour relever le menton du jeune blond qui regardait ses mains. Il le fixait en souriant brièvement avant de reprendre un air neutre.

- « Si t’veux être un bon garde, faut savoir avoir la tête haute. T’sais Reed, j’vaux l’bonheur d’mes enfants. Bien entendu, ton rôle est normalement de r’prendre l’affaire familiale. Mais ton frère Walter a toujours été meilleur forgeron qu’toué et il en a envie. Toi t’as toujours r’gardé les gardes avec admiration. Qui serais-je pour t’interdire à réaliser un rêve ? J’s’rais potétique. » Il fronça encore ses sourcils noirs, la lueur des flammes de la forge éclairant son visage callé, un tantinet ridé. « La famille c’est du soutient, surtout chez les Fabre. J’te soutiens alors. » Il continua son travail tout en gardant une oreille attentive en dépit des apparences. Il essuya son front, la chaleur des flammes le léchant alors qu’il continuait d’alimenter le feu en charbon. Il plaça ensuite les pièces à chauffer dedans et observa son fils tout en s’appuyant contre le four, croisant les jambes et allumant sa pipe. Il relâcha la fumée telle une locomotive alors que Reed l’observait.

- « Donc tu n’m’en veux po ? J’pensais vraiment qu’t’allais t’mettre en pétard comme quand Rebecca a dit qu’elle voulait aller chez les chapeaux pointus. » Il se gratta sa barbe blonde tout en fronçant les sourcils comme son père. Il essuya ses mains sur le bleu clair de son tissu tout en allant aider son père, apportant la bassine d’eau. Il prépara les outils tout en ne quittant pas son père de ses beaux yeux mers.

- « J’te connais fils, t’fort et fier et t’vas pas au bout du monde, c’est juste à c’té chez les citadins. J’ai po à avoir peur pour toué. Avec les temps qui courent, les bleus d’la Garde cherchent probablement des r’crues. Tente ta chance et va t’présenter. » Dit-il en rafraîchissant une lame rougissante. Il souffla sur la lame avant d’abattre à plusieurs reprises son marteau sur le fer bouillant. Le vieux Fabre le regarda ensuite et l’ébouriffa encore une fois comme un gamin. « On en parlera à Man’ c’soir. »
Reed hocha calmement la tête tout en aidant son père. Il repensa à ses mots. Était-il vraiment fort et fier ? Il resta pensif tout en quittant son père vers neuf heures pour rejoindre ses collègues bûcherons à la scierie. Il effectua son travail comme on lui demandait sans broncher, comme toujours puis rentra finalement à la maison. Il était en sueur et méritait bien un plongeon dans la rivière, ce qu’il s’autorisa avant de finalement remettre ses habits sur sa peau trempée. C’est en enfilant sa chemise qu’il constata qu’il avait vraiment grandi. Son ventre plat commençait à laisser paraître ses abdominaux, sa toison blonde couvrant son corps. C’était maintenant un homme, un corps robuste et lavé de toutes cicatrices. Il se rhabilla et arriva dans son foyer. Il monta les marches jusqu’à sa chambre et se lança sur son lit, sans prendre la peine de retirer ses lourdes bottes de cuir, mouillant ses draps avec sa crinière trempée. Il souffla et observa longuement le plafond de sa chambre, mâchonnant le vide. Il sourit finalement, rêveur et se laissa lentement aller à s’imaginer en armure, le tabard bleu et doré par-dessus. Il fût tiré de ses songes par sa mère.

« Reed à table ! »

_________________
avatar
Reed Fabre
Citoyen

Nombre de messages : 238
Age : 20
Lieu de naissance : Elwynn
Age : 23 ans
Date d'inscription : 15/03/2017

Feuille de personnage
Nom de famille:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fiche d'identité] Reed Fabre

Message par Reed Fabre le Mar 24 Oct 2017 - 0:42

Un dernier calme.
Il grimaça, sortant de ses rêveries. Il poussa sur son dos et ses bras pour se relever en position assise, remonta les bretelles bleues de sa tenue. Il envoya valser ses bottes contre le mur de sa chambre, d’un geste vif du pied sans retirer les lacets. Il se leva sur ses deux grands pieds ce qui fît grincer le vieux parquet de sa chambre. Il remua ensuite ses orteils sur la peau de chèvre au bas de son lit. Reed observa longuement le seul et unique miroir de sa chambre, ce qu’il n’avait jamais fait auparavant, contemplant encore une fois son reflet et s’imagina en portant la plaque lourde et brillante du Guet Urbain. Il s’avança lentement vers sa porte après cette brève pensée et dévala les escaliers pour trouver sa mère dans la cuisine. Elle était belle, on lui demandait souvent si elle n’était pas la sœur de Reed. Elle ne faisait clairement pas son âge. Une longue chevelure blonde cendrée souvent rassemblée en une tresse aussi longue que son échine, retombant sur son torse svelte. Son visage au teint poudré était illuminé par un regard bleu comme le ciel en un après-midi d’hiver. Contrairement au père de Reed, son regard à elle trahissait toujours une infinie gentillesse. Elle portait une robe bleu ciel à la dentelle faite main, probablement un résultat de l’un de ses passe-temps, la couture.

Mais même si la robe était très réussie, son activité préférée n’était pas faite de tissus, d’aiguilles et de fils.  Non, c’était au milieu de la farine, des œufs, du beurre du sucre et d’une pincée de sel que la mère du jeune homme se sentait vivre réellement. Sa vie n’était que cuisine, ce qui explique pourquoi le surnom de Reed était son « petit cake », de quoi lui faire lâcher quelques grognements. Elle avait d’ailleurs fait de son amour de la cuisine son métier, reprenait l’affaire de sa belle-mère, la fameuse boulangerie Fabre. Il observa sa mère avec tendresse et vînt lui embrasser doucement la joue avec amour. Il s’en alla poser les pieds sous la table, son père étant déjà assis, la pipe en main et la fumée l’entourant. Il était couvert de suie et sa salopette si propre ce matin était désormais tout aussi noire que ses cheveux ébènes. Il observait sa petite dernière, Dana, une jeune noiraude tête de mule qui mâchouillait doucement son doudou en bout de table tout en regardant son aîné. Le repas se déroula calmement, ils n’étaient que les quatre. Le père mangeait bruyamment, comme son fils alors que la mère tentait vainement de faire manger de la compote de pommes à sa fille. Le repas était assez simple, une soupe de courges et un pain aussi frais que la rosée du matin, une véritable institution du Val d’Est. Vînt le moment fatidique où le père du jeune Fabre parla de l’avenir de son fils tout en sauçant son assiette.

- « Tu veux devenir garde Reeree’ ? » Dit la mère tout en tournant directement la tête vers son fils. Sa voix était douce mais l’angoisse y était aussi perceptible que les vagues du lac Miroir en pleine tempête.

- « Oui Man’, je veux défendre ceux qu’j’aime et je n’sais po… J’ressens ce besoin dans mes tripes t’vois ? » Il la regardait tout en buvant son jus de poires. Il la savait triste mais il faisait le bon choix, la sincérité était une valeur sure. Sa mère grimaça en entendant l’accent de son fils, essayant elle-aussi de le rendre plus compréhensible.

- « C’est inattendu... Tu ne dis rien toi ? » Elle arqua un sourcil en direction de son époux, lui tenant la main alors qu’elle restait surprise, ne pouvant s’empêcher de s’affoler un peu en bonne mère-poule.

- « L’gamin il est plus un loupiot t’sais. Il sait ce qu’il veut et j’peux que l’sout’nire dans ses choix. » Il fronçait encore et toujours les sourcils tout en lui caressant la main de ses grosses pattes velues, le ventre plein. La mère hocha gravement la tête puis regarda son fils. Elle afficha ensuite un large sourire en comprenant que c’était le rêve de son fils.

- « Tu devras nous voir une fois par semaine. » Dit-elle en fronçant les sourcils. Les trois rirent enfin, l’atmosphère était détendue et l’ambiance un tantinet festive. Ils fantasmèrent sur cette future vie de garde, le père un tantinet en retrait alors que le fils et la mère n’avaient plus de limite à leur imagination. Le soir venu et le dessert passé, la belle femme s’en alla coucher sa fille alors que Reed débarrassait. Le père était assis, sur les marches de la maison avec son instrument à cordes. Il l’avait reçu de son père qui lui-même l’avait reçu du sien. Il jouait calmement, un épi de blé dans la bouche qu’il mâchouillait avec nonchalance. Le jeune blond alla s’asseoir proche de son père qui grattait les notes comme cela lui venait, profitant de cette chaude soirée d’été, les derniers rayons rouges du soleil traversant la forêt. Au loin, des étoiles vertes fendaient le ciel telle des astres magnifiques. Cependant, les nouvelles étaient bien moins « magnifiques ». Ces fameuses images de beauté étaient en fait des colosses de flammes, destructeur et ne cherchant qu’à réduire le monde en un tas de ruines. Le père observait ce ciel voûté et si calme, soucieux des jours à venir.

- « Il va falloir que tu sois fort fils. Ces choses-là n’connaissent pas la peur. » Il continuait de jouer paisiblement en veillant sur les bois. Comme si sa musique éloignait le vacarme au-delà des frontières d’Elwynn.

- « Je dois y aller Pa’... Pour aider les nôtres et faire mes preuves en bon soldat. Pour le Royaume et pour nous en général. » Dit-il en parfait commun, sans son accent tout en souriant à son père. Il ne tarda pas à se faire ébouriffer sa crinière dorée par la main paternelle.

- « T’partiras lundi, cela t’laisse l’dimanche pour t’préparer. J’vais t’trouver une tenue et t’passer d’l’argent. J’ai discuté avec l’cousin Gaby, il t’prête une chambre en Hurlevent l’temps qu’tu trouves une maison. On va tout faire pour t’aider Reed. » Ils passèrent ce dernier bon moment de complicité à regarder le ciel se coucher, souriant avec une pointe de doute, se préparant pour les jours à venir.

_________________
avatar
Reed Fabre
Citoyen

Nombre de messages : 238
Age : 20
Lieu de naissance : Elwynn
Age : 23 ans
Date d'inscription : 15/03/2017

Feuille de personnage
Nom de famille:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Fiche d'identité] Reed Fabre

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum