Messe de la Diacre Valdelmar

Aller en bas

Messe de la Diacre Valdelmar

Message par Archipiade Valdelmar le Lun 11 Déc 2017 - 18:59

Quelques affiches auront été épinglées ici et là aux abords du Quartier de la Cathédrale.

avatar
Archipiade Valdelmar
Citoyen

Nombre de messages : 68
Lieu de naissance : Stratholme
Age : 30
Date d'inscription : 10/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messe de la Diacre Valdelmar

Message par Mancelion D'Éléos le Lun 11 Déc 2017 - 22:25

Le pèlerinage quotidien de la prêtresse famélique l'aura conduit à la place Faol, là où son regard s'anima d'une lueur allègre. L'affiche avait capté son attention. C'est une flamme toute entière qui embrasa son cœur meurtri. Comme tous les prêtres de sa condition, son occupation première était prévoir le pire après cette guerre qui déchirait les mondes. De regarder les rapports des pertes, de contacter les familles, de préparer les dons des organisations privées pour les enfants que la guerre avait rendu orphelins. De convenir des stratégies à appliquer en cas de nouvelles invasions. D'écouter, de chercher et de comprendre comment endiguer une future menace.
Et cette pause que lui offrait l'espoir de cette affiche était semblable à un millier de voix qui comprenait enfin ce pourquoi elle œuvrait tous les jours, avec ses confrères et consœurs de l'église, sans relache. Leur cause comptait, après tout. Celle de ceux qui voyaient ce que le monde encourait si personne ne faisait attention à notre destin. Ce projet d'avenir meilleur prenait enfin vie, enfin forme. A travers elle et elle seule.
avatar
Mancelion D'Éléos
Citoyen

Nombre de messages : 104
Lieu de naissance : Quelque part en Kul Tiras
Age : Une trentaine passée
Date d'inscription : 10/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messe de la Diacre Valdelmar

Message par Sherborne le Lun 11 Déc 2017 - 23:39

Une promenade déambulatoire et sans véritable but aura conduit le fantassin chauve à un banc de la place Faol, là où une sorte de prospectus attendait seulement d'attirer son attention. Fermement ennuyé, Sherborne ramena vers lui le bout de papier pour s'enquérir de son contenu. Certainement de la réclame moisie pour un vieux bouge miteux ou des pamphlets nauséabonds distribués par cette canaille de Tournepignon. Déjà ses yeux mornes posaient un regard critique sur le texte de l'affiche, qu'il s'évertua à décortiquer sans grand enthousiasme. Déjà il maugréait pour lui-même, sous les fils entremêlés de sa barbe hirsute, pestant contre la pollution visuelle que lui infligeait ce genre de tract invasif.

Les premiers mots de l'émurent pas outre mesure, comme de bien entendu. Lorsqu'il apprit qu'il s'agissait d'une messe tenue par la Diacre, en revanche, son expression se mua en une attention plus concernée et il perdit de son air chafouin. Elle était l'une des rares femmes à qui il témoignait du respect, si ce n'est de l'affection, même s'il se gardait bien de le montrer trop ostensiblement. Pour autant, il n'était pas un grand adorateur des moments d'union, ni un fanatique absolu du partage. Toutes ces notions convenues de bienveillance et d'altruisme lui filaient de l'urticaire. Du moins, elles provoquaient en lui une gêne réelle et inconfortable. Alors tant pis, il n'irait pas. Mieux valait se soustraire plutôt que de braver des concepts qui le dépassaient. Il recevrait quelques réprimandes pour ce manquement, très certainement. Mais il n'était pas à sa première peccadille et elle finirait bien par le lui pardonner. Après tout, l'absolution, ça faisait partie de son métier.
avatar
Sherborne
Citoyen

Nombre de messages : 317
Lieu de naissance : Ruisselune
Age : 26
Date d'inscription : 26/02/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messe de la Diacre Valdelmar

Message par Archipiade Valdelmar le Mer 13 Déc 2017 - 22:44

A toute fin, le texte aura été laissé à la disposition de ceux qui n'auront pas pu assister à la messe.



Bonjour à tous et à toutes. Je suis ravie de vous accueillir au sein de la Cathédrale de la Sainte Lumière. En ces heures de tumulte où nous avons plus que tout besoin de nous réunir. D'éprouver la chaleur des uns aux côtés des autres. De nous souvenir des visages familiers de nos voisins, de nos amis, de nos concitoyens que le quotidien nous fait parfois ignorer.

J’aimerais tout d’abord entamer cette messe avec une pensée. Une tristesse qui ne quitte pas mon esprit depuis le début de cette campagne acharnée. Une campagne qui nous a égaré, là où elle était censée tous nous réunir.

Que penserait la Sainte Lumière de tous ces jeux puérils auxquels notre Eglise s’est adonnée ?
De toutes ces divisions auxquelles nous avons souscrit en chœur ? De tout l’orgueil dont chacun s’est paré comme un manteau ?

Il y a bien de quoi rougir, en vérité. J’ai honte de voir la manière dont nous nous sommes réduits à des intrigues politiques et fratricides. Honte de voir la foi à genoux ; la spiritualité délaissée pour la science facile des bons mots. Honte de voir à quel point nous nous sommes oubliés, et pire encore, comment nous avons oublié nos fidèles et la Lumière en chemin.

Je veux prendre ce temps, avec chacun d’entre vous afin de nous remémorer pourquoi nous sommes ici. Il ne s’agit pas d’une simple bâtisse faite de quelques pierres, d’un agglomérat vain de tuiles et de briques.
C’est une histoire. C’est une foi qui remonte aux premiers des hommes et qui leur a survécu. C’est un édifice dont le ciment est fait de tout ce qui nous rassemble, en rien de ce qui nous divise. C’est un foyer ouvert à tous ceux qui ont l’incommensurable force du croire et à ceux qui la portent encore en sommeil.

Souvenez-vous. Souvenez-vous du baiser de la mère sur le front de l’enfant. Souvenez-vous des braves qui périssent avec nos couleurs encore serrées au creux du poing. Souvenez-vous de la gloire de l’aube lorsque la Lumière reprend ses droits sur le monde endormi. Souvenez-vous de l’intimité de votre première prière. Souvenez-vous de ces aspirations secrètes qui ont été les vôtres et que vous avez confié à la Sainte.
Nous avons la plus haute de toutes les missions, et il ne faut en rien méprendre les manières de la mener. La Lumière ne doit pas être abaissée. C’est nous, ses servants qui devons élever chacun vers ses voies, ses leçons. Et pour ce faire, nous devons être unis. Réarmer notre Eglise avec l’espoir qu’elle a vocation à transmettre auprès de chacun.

Pour cela, je compte sur vous. Sur nos prêtres toujours prêts à renseigner sur l’ombre à éviter et sur la nature du droit chemin : vous qui avez fait le vœu de ne laisser aucun esprit en proie au labyrinthe et à la crainte. Vous qui magnifiez la Lumière par la force de votre dévotion et qui vous efforcez de détenir les réponses que tant exigent. Je sais quelle abnégation est la vôtre. Je sais que vous n’avez pas mérité d’être questionné sur votre foi.

Je compte sur vous, nos paladins. Vous qui incarnez la justice qui fait défaut partout en ce monde et dont la noblesse de cœur nous oblige. Vous qui levez votre bouclier comme un refuge face à ces maux dont la violence écœure. Je sais quelle bravoure est sise dans vos regards. Et je ne veux plus qu’on doute encore de votre engagement, alors que nous pleurons tant des vôtres.

Enfin, je compte sur vous. Vous tous, qui faites exister la Sainte à travers le quotidien.
Ceux qui s’arrêtent dans la foule pour tendre une main vers ceux qui n’ont plus le courage de se relever. Ceux qui viennent fleurir les sépultures des êtres chers. Ceux qui confient leurs peines, leurs doutes, leurs colères plutôt que les faire rouler comme l’orage sur des âmes innocentes. Ceux qui ont le geste aussi simple qu’allumer un cierge et déposer une pensée. Vous êtes la lueur qui nourrit la Lumière. Votre force fait la mienne. Et en retour, vous pourrez toujours compter sur moi.

Un astre sinistre menace aujourd’hui tout ce qui est. Tout ce qui compte. Je vous dirai ne pas le craindre. Choisissez plutôt de croire ici et maintenant, que tous ces amis disparus brillent plus forts dans le firmament qu’Argus ne le fera jamais.

A présent, et si vous le voulez bien, entamons une prière. Sainte, j’en appelle avec humilité à tes Trois Vertus.

Je nomme le Respect comme fondation, notre terreau commun pour construire des jours meilleurs, dans la compréhension d’autrui et la tolérance mutuelle.
Je nomme la Ténacité comme sublimation, à travers l’épreuve et les difficultés, source de toute bravoure et d’un intarissable espoir.
Je nomme la Compassion comme ambition, notre qualité la plus belle et charitable qui invite chacun à ouvrir son cœur à tes grâces et qui forge notre lien.

Nous nous en remettons à ton regard, puisses-tu nous garder du mal et protéger nos âmes.
En suivant ta Lumière, nous nous confions à ta gloire qui inspirera pour longtemps encore nos cœurs.

Qu’Elle ne cesse jamais de briller à travers vous.



avatar
Archipiade Valdelmar
Citoyen

Nombre de messages : 68
Lieu de naissance : Stratholme
Age : 30
Date d'inscription : 10/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messe de la Diacre Valdelmar

Message par Valdron Broussebarbe le Jeu 14 Déc 2017 - 12:00

Lisant la messe laissée à la disposition de tous dans la cathédrale, le tabatier ne pût s'empêcher de faire quelques mouvements affectés avec une voix exagérément traînante

Quelle élégaaaaance ...! Quelle grâââââce...!

Il se racla la gorge quand il vit qu'il avait attiré l'attention d'un prêtre qui passait dans la nef et pressa le pas vers ses tâches journalières.
avatar
Valdron Broussebarbe
Citoyen

Nombre de messages : 3
Age : 28
Lieu de naissance : Gilnéas
Age : 42
Date d'inscription : 31/08/2014

Feuille de personnage
Nom de famille:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Messe de la Diacre Valdelmar

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum