[Guide de survie en territoire protocolaire]

Aller en bas

[Guide de survie en territoire protocolaire]

Message par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 9:59



Avant-propos

Tout d’abords, bonjour à toi, lecteur curieux ou avide de savoir, joueur consciencieux ou correcteur intransigeant. Bienvenue dans ce petit guide à l’usage des rôlistes - mais qui peut aussi servir dans la vie courante – que j’ai sobrement intitulé « Guide de survie en territoire protocolaire ». La vie en république nous fait oublier la déférence et le respect d’usage qui eut existé à une certaine époque dans notre pays, mais qui existe encore dans plusieurs territoires du monde, ou dans le merveilleux monde de World of Warcraft.
Il n’est pas question ici d’approuver ou non l’usage du protocole ou de faire l’éloge du royalisme, mais de rappeler que des règles existent, simples pour la plupart, présentes à tout échelon, et pour toute caste.

J'ai eu envie de faire ce guide à la suite de plusieurs semaines d'expérience douteuse en terme de RP, tant vide par la fond que par la forme. Lorsque l'on se promène dans les rues de la Cité pavée, on peut entendre ou lire que les appellations sont mal utilisées, incomprises. Les gens ne savent pas d'où vient le tel titre, ni étymologiquement, ni historiquement. Alors j'ai voulu pondre un récapitulatif bête à appliquer, et nous y voilà.

Vous ne vous voyez sans doute pas appeler le Président de la République « Votre Grâce » ?
Ni même vous adresser à François Ier par un « Monsieur le Pape » ?
Non ? Eh bien, c’est que vous avez quelques notions de protocole que je vous propose d’approfondir ou de réviser ici. Car si les titres de noblesses n’ont plus cours en France aujourd’hui, le roleplay en Azeroth incombe de voir certains prédicats revenir à la charge, et au galop ! En outre, le titre conféré par une charge militaire, cléricale ou administrative, est bel est bien encore de coutume.

Afin d’obtenir un ouvrage plus digeste auquel il vous sera plus facile de vous référer au fil du temps – on ne vous demande pas de tout ingurgiter d’un coup ! – j’ai préféré adopter la forme d’une liste, probablement non-exhaustive, et séparée en plusieurs parties, des titres, prédicats et appellations que l’on peut rencontrer au sein de la ville de Hurlevent, qui concentre à elle-seule une grande majorité des « titrés ».

Je tiens à rappeler que les usages recommandés sont des consensus de bon sens entre plusieurs utilisations. En effet, elles varient suivant le pays, le corps, la religion et même l’époque, mais je me suis assuré de respecter d’une part la vision de Blizzard, et d’autre part « l’utilisation générale » d’un titre, tout en simplifiant son usage en RP. Il faut par ailleurs distinguer un titre (Roi, Duc, Baron) d’un prédicat (Sa Majesté, Son Altesse) d’un titre d’appel (Sire, Monsieur, Madame).

Mais trêve de bavardages. Vous êtes prêt ? Alors c’est parti !




Dernière édition par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:38, édité 3 fois
avatar
Hildegarde Cleese-Folroy
Citoyen

Nombre de messages : 10
Lieu de naissance : Havre-du-Soir
Age : 41
Date d'inscription : 27/03/2018

Feuille de personnage
Nom de famille: Cleese-Folroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guide de survie en territoire protocolaire]

Message par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:00



Section première : De l’usage des titres de noblesse.


  • Le Roi :
    On s’adresse au Roi (et non pas « Roy » - français inusité – mais avec une majuscule) avec « Votre Majesté » devant lui ou dans une lettre, ou « Sa Majesté » s’il n’est pas présent lors de la discussion. S’il doit être nommé entièrement, on utilisera le nom de règne en omettant celui le Maison. Anduin Wrynn est donc « Sa Majesté le Roi Anduin » ; les autres titres de paieries arrivant éventuellement après. S’il faut encore l’interpeller, il faut utiliser le titre d’appel : « Sire, Votre Majesté a-t-elle réfléchie à l’intégration des Ren’dorei ? ».

  • La Reine, le Prince, la Princesse :
    La plupart du temps sous la forme [Titre + Prénom]. Ainsi Anduin Wrynn a été le « Prince Anduin » et feue sa mère Tiffin Wrynn est la « Reine Tiffin. Pour les autres royaumes, l’usage dans WoW indique d’utiliser le nom de la Maison. Ainsi Calia Menethil sera la « Princesse Calia » dans les territoires de Lordaeron, mais probablement la « Princesse Calia Menethil (de Lordaeron) » à l’extérieur.
    Pour le prédicat, on utilisera « Sa Majesté » pour une reine, et « Son Altesse » pour un prince ou une princesse royale.

  • L’Empereur, l’Impératrice :
    On compte au moins deux empereurs dans le jeu : Dagran Thaurissan et Shaohao. Il est probable que leur peuple respectif les nomme « Sa Majesté impériale » et leurs descendant « Son Altesse impériale ». Moira Barbe-de-Bronze en sa qualité d’Impératrice consort des Sombrefers et de Princesse de Forgefer est appelé en toute logique « Son Majesté impériale » par son clan, et « Son Altesse royale » par les autres clans. Le fils de Dagran et de Moira, appelé lui aussi Dagran, possède le prédicat d’Altesse impérial par son père et d’Altesse royale par sa mère. Ainsi quand il règnera, il sera « Sa Majesté impérial Dagran II » si l’Empire sombrefer subsiste, et « Sa Majesté (le Roi) Dagran II » pour les autres clans.

  • Duc, Comte, Vicomte, Marquis, Baron :
    L’usage ici est fort simple et suis toujours la règle [Titre + Prénom + Nom + Nom de famille/fief], à quelques exceptions près qu’il n’est pas utile de mentionner. Le prédicat simple de « madame/monsieur » étant toléré même si pas tout à fait approprié, l’on pourra trouver « Monsieur le Comte Remington Ridgewell » ou encore « Monsieur le Baron Vaillefendre » (on ne connait pas précisément les noms de fiefs). La forme courte se traduit par le duo « Monseigneur/Madame » (ou « Monsieur/Madame » entre nobles).
    Parmi les joueurs l’on peut trouver entre autres « Madame la Duchesse Mélissandre d’Artingan d’Austan » sous sa forme ducale, ou « Madame la Comtesse Mélissandre d’Artingan d’Elia » sous sa forme comtale. Pour prioriser une forme ou une autre, la question se pose sur de la préséance des titres, et donc de la supériorité de telle noblesse sur une autre. Sous l’Ancien Régime, les titres se valait et la préséance se faisait sur l’ancienneté. A contrario, le protocole britannique est très clair sur la préséance.

    En France, ces titres n’accordent aucun prédicat d’altesse, de grâce, ou de quoi que ce soit d’autre. En revanche, les ducs britanniques sont désignés par le prédicat nobiliaire « Sa Grâce », les marquis par « Le Plus Honorable », et les comtes, vicomte ou baron par « Le Très Honorable ».
    L’usage français est probablement à préconisé ici.





Dernière édition par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:38, édité 3 fois
avatar
Hildegarde Cleese-Folroy
Citoyen

Nombre de messages : 10
Lieu de naissance : Havre-du-Soir
Age : 41
Date d'inscription : 27/03/2018

Feuille de personnage
Nom de famille: Cleese-Folroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guide de survie en territoire protocolaire]

Message par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:00



Section seconde : De l’usage des titres militaires.

Ou plus exactement des appellations conférées par les grades militaires.
Application des plus simple ici : on suit la forme officielle à rallonge [Monsieur/Madame + le + Grade + Prénom + Nom + Nom du corps d’armée]. Ainsi, Karven Stolen est « Monsieur le Major Karven Stolen de la Garde de Hurlevent » ou encore Hildegarde Cleese-Folroy est « Madame le Sergent Hildegarde Cleese-Folroy de la Milice royale de Gilnéas ». La particule « le » reste invariable dans l'appellation militaire.

L’appellation courte est un peu plus complexe. Quand un militaire s’adresse à un autre militaire, il utilise [mon + grade] si le sujet est un homme ou le grade seul si le sujet est une femme ; « mon » étant l’abréviation de « monsieur » et non pas de subordination, la féminisation du grade se fait par sa suppression, mais reste inchangé face à un supérieur ou un subordonné.

Pour les correspondances grades-titres, suivre la liste ci-dessous, calquée volontairement sur l’armée de terre française – car la plus usitée par la communauté. Pour certains grades, la forme n’existe qu’avec le titre seul.


  • Général d’armée/de corps d’armée/de division/de brigade = « mon général »
  • Colonel/Lieutenant-colonel = « mon colonel »
  • Commandant/Chef d’escadron/bataillon = « mon commandant »
  • Capitaine = « mon capitaine »
  • Lieutenant/Sous-lieutenant/Aspirant/Elève officier = « mon lieutenant »
  • Major = « major »
  • Adjudant-chef = « mon adjudant-chef »
  • Adjudant = « mon adjudant »
  • Sergent-chef = « chef »
  • Sergent = « sergent »
  • Caporal-chef/brigadier-chef = « caporal-chef »
  • Caporal/Brigadier = « Caporal »
  • Soldat = « Soldat » (ou nom seul)


En outre, les civiles n’ont pas l’obligation d’utiliser le grade pour s’adresser à un militaire. Néanmoins, par respect et politesse, il est d’usage d’utiliser le forme grade seul (sans « mon »).




Dernière édition par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:39, édité 4 fois
avatar
Hildegarde Cleese-Folroy
Citoyen

Nombre de messages : 10
Lieu de naissance : Havre-du-Soir
Age : 41
Date d'inscription : 27/03/2018

Feuille de personnage
Nom de famille: Cleese-Folroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guide de survie en territoire protocolaire]

Message par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:00



Section troisième : De l’usage des titres ecclésiastiques.

L’Église catholique est une monarchie élective, le pape est donc un monarque assimilable à un roi ou un empereur, les cardinaux étant princes électeurs de la Sainte Église romaine. Ses membres en fonctions de leur rang et de leur titre bénéficient d’un prédicat. Les religions qui découlent de près ou de loin du catholicisme ont pour la plupart adopter ce système de titulature. Le Pape est appelé [Sa Sainteté la Pape + Prénom] et un Patriarche orthodoxe [Sa Béatitude le Très Révérend + Prénom + Nom + Patriarche de *Lieu*]. Islam possède elle aussi un grand nombre de titres accordés selon la fonction religieuse ou administrative, les deux étant intrinsèquement liés : Muslim, Nabâb, Cheikh, Khân, Emir, Pacha, Vizir, Sultan, Calife, etc.
L’Église de la Sainte Lumière est peu ou prou basé sur l’Église protestante de tradition luthérienne, elle bénéficie logiquement de titres et de prédicats cédés sur les mêmes critères.


  • Archevêque :
    Forme épistolaire : [Sa Grâce le Très Révérend + Nom]. Ex : « Sa Grâce le Très Révérend Benedictus ».
    Forme officielle : [Votre Grâce + Prénom + Nom + *Lieu*]. Ex : « Votre Grâce Benedictus, Archevêque de la Lumière ».
    Forme courte : « Votre Grâce ».

    Note : en sa qualité de chef suprême de l’Eglise de la Lumière, l’utilisation des prédicats de Béatitude ou d’Eminence accordés à l’archevêque est ouvert au débat.


  • Evêque :
    Forme épistolaire : [Son Excellence le/la Très Révérend(e) + Nom + *Lieu*]. Ex : « Son Excellence la Très Révérende Archipiade Valdelmar de Hurlevent ».
    Forme officielle : [Votre Excellence Révérendissime + Nom + Evêque de *Lieu*]. Ex : « Son Excellence Révérendissime Archipiade Valdelmar, Evêque de Hurlevent ».
    Forme courte : « Votre Excellence ».

  • Diacre :
    Forme épistolaire : [Monsieur le Révérend + Nom]. Ex : « Monsieur le Révérend Jean Talep »
    Forme officielle : [Père Diacre + Nom]. Ex : « Père Diacre Jean Talep ».
    Forme courte : « Mon Père ».

  • Prêtre :
    Forme épistolaire : [Révérend Père + Nom + Communauté]. Ex : « Révérend Père Jean Talep de Hurlevent ».
    Forme officielle : [Père + Prénom + Communauté]. Ex : « Père Jean de Hurlevent ».
    Forme courte : « Mon Père ».

  • Mère Supérieure :
    Forme épistolaire : [Révérende Mère + Nom + Communauté]. Ex : « Révérende Mère Marie-Lazarus de Bonnepierre ».
    Forme officielle : [Révérende Mère + Nom]. Ex : « Révérende Mère Marie-Lazarus ».
    Forme courte : « Ma Mère ».

  • Frère/Sœur :
    Forme épistolaire : [Révérend(e) Frère/Sœur + Prénom + Communauté]. Ex : Révérende Sœur France de Hurlevent.
    Forme officielle : [Frère/Sœur + Prénom + Communauté]. Ex : Sœur France de Hurlevent.
    Forme courte : « Mon Frère », « Ma Sœur ».





Dernière édition par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:39, édité 3 fois
avatar
Hildegarde Cleese-Folroy
Citoyen

Nombre de messages : 10
Lieu de naissance : Havre-du-Soir
Age : 41
Date d'inscription : 27/03/2018

Feuille de personnage
Nom de famille: Cleese-Folroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guide de survie en territoire protocolaire]

Message par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:01



Section quatrième : De l’usage des titres administratifs.

Dans l’administration, on utilise le plus souvent un titre d’appel suivi de la fonction : « Monsieur le Président de la République », « Madame la Garde des Sceau », « Monsieur le Secrétaire d’Etat chargé du Numérique », « Madame l’ambassadrice ».
De même dans les pays anglosaxons, on trouvera « Mrs. Prime Minister », « Mr. Lord High Chancellor », « Mrs. Secretary of State for the Home Department », ou encore « Mr. The High Commissioner ».
À l’étranger uniquement, les chefs d’État ou de gouvernement, ainsi que les ambassadeurs sont désignés par le prédicat d’Excellence.

Ainsi, à moins de posséder un titre de noblesse surpassant sa fonction, Gwaenadynn Farral devrait être appelé « Madame la Chancelière à la Haute Cour de Justice » en forme officielle ou « Madame la Chancelière » en forme courte à Hurlevent ou en territoire humain, et « Votre Excellence » en dehors de sa juridiction.

Si elle est chargée d’une mission diplomatique et représente donc la Chancellerie, Eléonore Breckenridge sera appelée « Votre Excellence » durant sa mission, et redeviendra « Madame/Mademoiselle la greffière Eléonore Breckenridge » au terme de celle-ci.

En outre les appellations de « Maître » pour les charges juridiques, « Docteur » pour les possesseurs d’un doctorat, ou encore de « Professeur » sont bien valables. Il peut être également question de conférer à la Haute Cour de Justice le prédicat de « Honorable » ou « Très Honorable » comme accordé aux juges dans les pays anglo-saxons.




Dernière édition par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:40, édité 3 fois
avatar
Hildegarde Cleese-Folroy
Citoyen

Nombre de messages : 10
Lieu de naissance : Havre-du-Soir
Age : 41
Date d'inscription : 27/03/2018

Feuille de personnage
Nom de famille: Cleese-Folroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guide de survie en territoire protocolaire]

Message par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:01



Partie cinquième : De l’usage en l’absence de titre et de quelques reliquats.

Un simple citoyen, sans charge nobiliaire, cléricale ou administrative n’en reste pas moins un individu qui a le droit au respect. Les titres d’appel simples sont alors de rigueur : « Mademoiselle », « Madame », « Monsieur ».

« Veuf » et « Veuve » sont tolérés mais peu corrects en présence des intéressés.

Attention, appeler une citoyenne « Dame » ou « Ma Dame » est incorrect si elle ne possède pas de pouvoir de direction sur une seigneurie, tout comme appeler un citoyen « Sieur » ou « Monseigneur » !

« Sire » est à réserver au Roi.
« Sir », « Lady », « Lord » sont des titres de nobles ou d’anoblies britannique.




Dernière édition par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:40, édité 2 fois
avatar
Hildegarde Cleese-Folroy
Citoyen

Nombre de messages : 10
Lieu de naissance : Havre-du-Soir
Age : 41
Date d'inscription : 27/03/2018

Feuille de personnage
Nom de famille: Cleese-Folroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guide de survie en territoire protocolaire]

Message par Hildegarde Cleese-Folroy le Dim 22 Avr 2018 - 10:01



Partie sixième : Conclusion.

La pratique d’un bon RP, surtout quand on se frotte à la noblesse ou au clergé, passe à mon sens par une maitrise du protocole.
Les personnages que l’on incarne sont probablement très au fait de ces petits gestes qui font leur quotidien, et ce n’est que justice d’en apprendre les rudiments afin de transcender notre interprétation.

Il se peut que la négligence dudit protocole fasse partie de votre RP auquel cas elle est légitime, mais n’oubliez jamais qu’au même titre que la Loi, nul n’est sensé l’ignorer.

Par ailleurs, certaines appellations méritent un débat amenant à un consensus, comme l’usage ou non du protocole britannique, de celui ou non du protocole de l’Ancien Régime, ou encore de la crédibilité d’utiliser les deux, etc.

S’il fallait retenir une règle, c’est de faire au plus simple. Inutile de prendre une expression emphatique malhabile en utilisant un protocole que vous ne connaissez pas, c’est le meilleur moyen de se ridiculiser

J’améliorerai et corrigerai ce guide au fur et à mesure de mes relectures et de vos questions ou remarques.
Je vous remercie d'avoir prie le temps de me lire !
Adieuuuu, amis des grumelots ! ~♪


avatar
Hildegarde Cleese-Folroy
Citoyen

Nombre de messages : 10
Lieu de naissance : Havre-du-Soir
Age : 41
Date d'inscription : 27/03/2018

Feuille de personnage
Nom de famille: Cleese-Folroy

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guide de survie en territoire protocolaire]

Message par Mancelion D'Éléos le Lun 14 Mai 2018 - 0:44

Super travail malgré quelques inexactitudes dues au simple fait que WOW reste WOW et que de par ce fait, il s'affranchit des codes triviaux de notre société féodale ou moderne. Sieur est par exemple selon beaucoup de sources un diminutif de Monsieur ou un banal dérivé de Sire, un simple tour sur le site du Centre national de ressources textuelles et lexicales ou sur quelques bouquins accessibles via le CAIRN auraient suffit à te mettre sur la voix à mon humble avis.

En fait, je ne pense pas qu'il faille seulement partir du principe que «La pratique d’un bon RP, surtout quand on se frotte à la noblesse ou au clergé, passe à mon sens par une maitrise du protocole.» tout simplement parce que ce protocole n’existe pas ! Inutile de calquer sur notre modèle de noblesse, puisqu'on le voit bien même au travers des instances dirigeantes actuelles de l'Alliance, tout cela change énormément et est mû par un scénario que d'aucuns qualifieraient d'instable ! Il n'y a pas de preuves de baptêmes pas de lois de succession par le fils par exemple. Warcraft est selon toute vraisemblance un univers où les sexes ont une part d'égalité excessivement forte, alors comment pourrait-on mettre ça en comparaison avec les grands moments historiques nobiliaires de notre histoire ?

Le fait de parler de Lord, de Lady et de faire un parallèle entre Hurlevent et la France féodale est erroné aussi, en ce sens que les humains ont des noms d'origines diverses au sein d'un même Royaume. Gilnéas en fait les frais, je pense, puisse que l'on y croise des Godfrey et des Walden ou encore des Ashbury mais toujours et encore des Grisetête. Cela montre que le facteur territorial n'est peut-être pas équivalent aux grands pays qui dirigeaient l'Europe fut un temps !

Personnellement je pense que dès le départ nous sommes confrontés à un univers trop difficile à comprendre et trop peu travaillé pour pouvoir parler de protocole à appliquer. Je serais hypocrite en disant que tout est faux hein ! Au contraire c'est super riche et je suis certaine que ça aidera beaucoup de personnes, moi le premier. Mais je reste en totale contradiction avec le fait de dire «c’est le meilleur moyen de se ridiculiser». Vous êtes sur un jeu vidéo, et même si apprendre est toujours bénéfique, n'oubliez pas que s'amuser reste un leitmotiv.
avatar
Mancelion D'Éléos
Citoyen

Nombre de messages : 104
Lieu de naissance : Quelque part en Kul Tiras
Age : Une trentaine passée
Date d'inscription : 10/12/2015

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [Guide de survie en territoire protocolaire]

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum