Le Deal du moment : -21%
TOSHIBA 50UA3A63DG TV 4K UHD – 50″ (126 ...
Voir le deal
332.62 €

Un matin aux carmines

Aller en bas

Un matin aux carmines Empty Un matin aux carmines

Message par Aliane Trias le Dim 27 Oct 2013 - 9:50


Un matin aux carmines Carmin10

C'est un soleil comme les autres qui se leva paisiblement sur Comté-du-Lac,  provoquant ainsi le champs du coq et le reveil progressif de tous les habitants, qui, peu à peu, vaquèrent à leurs occupations habituelles. La vie fourmillait et ce spectacle rural était des plus splendides, mais ce fut sans compter le cri hagard de l'armurier, aussi marechal-ferrant, qui troubla cette doucée matinée :

"Les chevaux ?! Où sont passés les chevaux ?!

Le nain s'egosillait alors que des badaux s'attroupaient pour regarder la scène. Après quelques minutes de recherches bien vaines, le nain s'exlama devant la petite troupe qui l'observait :

"Quatre chevaux que j'vous dis ! Nom de nom ! Y s'étaient lô, hier ! J'les ai r'filé à la Garde, et voila qu'y sont plus ! Par ma barbe, il va m'entendre celui-là  !" finit-il par dire tout en se dirigireant vers la mairie pour y trouver M.Conacher, responsable de la Garde locale.


Un matin aux carmines Wowscr10

"Mes chevaux ?! Bailli, c'te fois-ci vous allez m'les rendre où je crame la marie !

-Hm ? "  Rédondit le Capitaine peu reveillé, et pourtant déjà si occupé "Et bien, vos chevaux, n'était-ce pas le groupe de Pierce qui devait vous les rendre ? Ils vous les avaient emprunté pour aller faire un rapport sur...Sur quoi déjà ?

-Sur des mouvements de troupe gnolls plutôt inquiêtant, à l'Est.

-Ah,  merci Marris, qui venait juste d'entrer dans la pièce après un bref salut.

-M'prennez pas pour un con ! Les chevaux, ils sont pas là ! Vous allez voir, dans deux heures, si trois enclumes vous tombent sur l'pied et que la marie flambe, faudra pas s'demander d'où ça vient ! Ah non parce que là y en a marre !

-Oh calmez vous hein ! ordonna M.Conacher avec un agacement profond, l'escouade de Pierce n'est pas rentrée ?

-Si, je les ai vu se rendre à l'auberge, l'aida de nouveau le Marechal Marris qui était resté, intrigé par cette histoire, mais de ce que je me souvienne, à pied.

-..."

__________________________________________

Mais qu'est-ce que vous avez encore foutu ?! demanda M.Conacher aux 4 Gardes qui se trouvaient maintenant devant lui, ayant pris la place de l'armurier, rentré bredouille et couroucé. Le plus gros d'entre eux pris soudainement la parole avec un zêle qui aurait pu témoigner d'un profond respect de la hiérarchie s'il n'eut pas été si comique :

"Notre mission, Chef ! Les gnolls n'ont pas l'air agité, chef, mais il y a quelques mouvents inquiétant un petit peu plus au Sud, Chef ! On parle d'un petit groupe dissident, plus agressif, mais rien n'est sûr, Chef !

-"...Et les chevaux ?"

-"Les...? Ah ! Oui, vous allez rire !"

-Je ne crois pas non... dit-il dans un long soupire, tout en passant sa main sur sa figure comme pour se reveiller, alors qu'un autre pris la parole, un peu plus chetif, plus benêt aussi :

-"En fait, on s'est posté vers la rivière, donc on a attaché nos chevaux en contrebas, sur la rive, expliquait-il en mimant légèrement comme pour mieux expliquer Sauf qu'on a oublié les murclocs. Bah, oui ! Nous, on est bien resté...Oh, quoi...3 bonnes heures à la surveillance des gnolls..Puis..Quand on est revenu, il restait trois carcasses"

-"...Mais vous en ratez jamais une ! Vous meriteriez que je vous colle au trou pour ça ! leur cria-t-il dessus, avant de reprendre, plus calmement, et le quatrième ?"

-"Le quatrième ?" s'interrogèrent à l'unisson les 4 Gardes, qui se regardadèrent un à un, jusqu'à ce que l'un d'entre eux prenne de nouveau là parole :

"C'est le mien, le quatrième ! Vous parlez de celui dont la carcasse n'a pas été retrouvé, c'est bien cela ?" demanda-t-il, fier de sa déduction

"Mhmh...Oui...dit-il hésitant, comme s'attendant avec méfiance à la future phrase du Garde

-Et bien, selon toute vraisemblance, il a fuit lorsque les murlocs les ont attaqué !...Ou alors...Je l'ai mal attaché dès le début.."

Il y eu un long silence, brisé par l'entrée du Magistrat Salomon et d'une gnome. Lorsque celui-ci se mit à sa place habituelle, il interrogea les présents sur la raison de ce silence anormal. Vous vous en doutez certainement, lorsqu'il fut au courant de l'affaire, il eut une mine aussi dépitée que M.Conacher. Puis, après une brève discussion portant sur l'impossibilité de dépecher une autre escouade locale, il prit la parole, las :

"Et bien, contactons Hurlevent, demandons ENCORE une fois de l'aide.

-Mais...demanda un des 4 Soldats...Ne va-t-on pas passer pour des ...gros nuls ?

-Et bien, ça vous changera de d'habitude...lui répondit M.Conacher, soupirant, blasé. Et c'est ainsi que la Garde de Hurlevent reçu une missive de la part des Carmines, demandant aide et soutient dans cette affaire.

HRP:
 

HRP

Un petit dialogue RP pour mettre en route un court event (l'affaire d'une petite semaine). Je me suis permis de rédiger cela ici tout comme je vais énoncer les règles de l'event ; car si vous vous sentez concerné pour X raisons par cette affaire, n'hésitez pas à me contacter (d'ailleurs, toute aide est la bienvenue).

L'Event :

Une petite enquête plutôt folichonne aux Carmines, ce qui changera un peu la Garde des plaignants habituels. Ici, pas de gros méchants, pas de magies sombres : Du classique. Néanmoins, vous aurez l'occasion de combattre (et pas qu'un peu).
Il se passe aux Carmines, mais je délocaliserais IG dans divers lieux si le phasing est trop embêtant (mais en théorie, ça devrait aller) ; je n'ai pas nécessairement besoin d'énormement de participants (je m'adresse surtout aux Gardes), et aucune heure n'est fixée, l'enquête n'ayant pas de durée pré-détérminée, vous pouvez enquêter à tout moment et je ferais en sorte que tout ceux voulant y participer le puissent, quelles qu'en soit leurs horaires.  
Pour ce qui est de l'ambiance, c'est un mélange de burlesque et de très serieux.

Le déroulement :

Comme je l'ai dit, cela va sans doute durer une semaine au maximum. Vous êtes totalement libres ; libre d'enquêter quand vous voulez (si je suis connecté), libre d'enquêter où vous voulez ; comment vous voulez etc ;  c'est de vos actions dont dépendra la réussite de l'enquête.  
Cela inclut donc un risque de perdre (objectif non-atteind, enquête non élucidée etc)

Les règles :

Je me fais à point d'honneur à respecter la volontée des joueurs quant à la mort ou non de leur personnage, ceci-étant, je reste le MJ, et toutes actions totalement illogiques si ce n'est suicidaires auront des conséquences. Pour illustrer, vous aurez beau rand 100, si vous foncez seul contre 20 ogres (j'invente), vous vous ferez litteralement défoncer, et le 100 ne vous permettra que de fuir. A l'inverse, une action où vous êtes presque sûr de réussir, si vous ne faites qu'un rand 20, cela n'influera pas énormement.
Quant à la question "Rand ou feeling" : A voir en jeu. D'ailleurs, si vous avez des questions, posez les en jeu (/W Aliane ou Alïane)


Dernière édition par Aliane Trias le Mar 29 Oct 2013 - 20:00, édité 1 fois

_________________
Hedwë a écrit:Mais comme le dit Aliane peu être un peu brusquement...
Aliane Trias
Aliane Trias
Officier supérieur de la Garde
Officier supérieur de la Garde

Nombre de messages : 4349
Date d'inscription : 22/09/2011

Feuille de personnage
Nom de famille: Trias

Revenir en haut Aller en bas

Un matin aux carmines Empty Re: Un matin aux carmines

Message par Aliane Trias le Mar 29 Oct 2013 - 19:56

Il paraîtrait que les activités gnolles se seraient calmées très récement, la Garde reprenant le dessus dans diverses zones à risques.
Néanmoins, la Garde locale ne se risqua pas encore à lancer quelques représailles à l'Est, attendant encore l'aide de la Cité.
Et déjà, les ragots fusaient dans l'auberge :


Un clan gnoll, oh ! Dirigé..Dirigé par une bête féroce ! Un monstre, là, un monstre ! dit-il à son voisin de table alors que le tavernier apporte d'autres choppes en enlevant les précédentes

-Un monstre ? Y f'rait beau voir ! Quel genre, comme tes poules ?

-Boudiou, que j'te dis que c'est un gnoll avec deux putains de tête !  

-Deux têtes ? L'jour où j'vois un gnoll à deux têtes, j'tue toutes mes vaches ! T'aurais pas un peu d'abusé d'la picole toi ?

-Tes vaches ? Celles qui tiennent plus d'bout ? [il ricanne puis reprend] Mais nom de nom que j'te dis qu'c'est vrai ! J'ai entendu les Gardes parler d'ça !

-Non mais tu vas faire chier le monde pendant combien de temps toi encore avec tes gnolls à deux têtes, hein ? Ce que tu dis, tout le monde s'en tamponne ! Tu gueules, tu gueules, tu pourrais gueuler dans le cul d'une poule ce serait pareil ! Oh "! déclare-t-il haut et fort en finissant sa choppe d'une traite. Et dialogue sans queue ni tête (enfin, si, deux...) continua de plus belle jusqu'à ce que ces deux ivrognes s'effondrent sur la table

_________________
Hedwë a écrit:Mais comme le dit Aliane peu être un peu brusquement...
Aliane Trias
Aliane Trias
Officier supérieur de la Garde
Officier supérieur de la Garde

Nombre de messages : 4349
Date d'inscription : 22/09/2011

Feuille de personnage
Nom de famille: Trias

Revenir en haut Aller en bas

Un matin aux carmines Empty Re: Un matin aux carmines

Message par Frédéric Husserl le Mer 30 Oct 2013 - 20:22

Ces derniers jours, aux Carmines, une dizaine de gardes avaient fait leur apparition. Les renforts venus tout droit de Hurlevent avaient investi la Tour des Trois-Chemins, surveillant avec attention la frontière liant la forêt d'Elwynn, les Carmines et les Bois de la Pénombre, un poste-frontière à mi-chemin entre Comté-du-Lac et la frontière, un autre au Nord de la ville. Enfin, deux civils avec le rôle de consultants en stratégie défensive étaient allé rejoindre le cabinet exceptionnel du magistrat Solomon.

Le soir même, à l'hôtel de ville de Comté-Lacustre, une discussion avait lieu dans l'atmosphère confinée chargée de la fumée des chandelles et d'une journée emplie de problèmes. Le magistrat avait beaucoup crié au début, hurlant même contre Hurlevent et les renforts tardifs, les procédures défensives insuffisantes... Mais alors que la nuit était très avancée, ce n'étaient plus que des murmures mêlées qui brisaient le frêle silence nocturne. Les conseillers, glaciaux à souhait, l'invitaient à appuyer la politique du Roy, et seulement celle-ci, de se faire plus discret dans ses demandes d'aide et de ne pas hésiter à alimenter les relations amicales du Comté avec le régiment urbain de la Garde de Hurlevent. Fariboles ou pas, la domestique qui récurait le hall du bâtiment jurerait avoir entendu des discussions au sujet d'un certain noble désormais bien connu dans la capitale.

Frédéric Husserl
Citoyen

Nombre de messages : 486
Lieu de naissance : France
Age : Pas trop vieux
Date d'inscription : 26/12/2012

Revenir en haut Aller en bas

Un matin aux carmines Empty Re: Un matin aux carmines

Message par Aliane Trias le Mer 12 Fév 2014 - 14:33

Depuis le temps, le calme était revenu. Loin de cette ville de fou qu'était Hurlevent, loin des Nobles, loin des complots, loin des élections à la mord-moi-le-noeud, loin des rébellions, loin des pseudo-assassins...
Un calme presque affligeant dans un comté des plus normaux. Mais le calme, dit le vieil adage, précède souvent la tempête. Bien qu'une tempête au sens propre comme figuré ne risquait pas d'arriver, mais qui sait...Une petite pluie ?

_________________
Hedwë a écrit:Mais comme le dit Aliane peu être un peu brusquement...
Aliane Trias
Aliane Trias
Officier supérieur de la Garde
Officier supérieur de la Garde

Nombre de messages : 4349
Date d'inscription : 22/09/2011

Feuille de personnage
Nom de famille: Trias

Revenir en haut Aller en bas

Un matin aux carmines Empty Re: Un matin aux carmines

Message par Aliane Trias le Lun 17 Fév 2014 - 10:50

Les minutes passaient, passaient sans qu'aucun poisson ne vienne mordre à l'hameçon de M.Rubbens, pourtant l'un des meilleurs pêcheurs de la région. Le Lac des Carmines était assez agité, trop de vent sans doute, et l'eau trop fraîche ne devait pas plaire au poisson. Si seulement il pêchait à la mouche, il aurait pu prendre une ou deux truites.
"Bah, il me reste encore quelques heures" se dit-il, posant sa canne, bien enfoncée dans le sol pour éviter qu'elle ne tombe, puis il se leva, allant se dégourdir et les jambes et la vessie un peu plus loin.
Il n'aimait guère cet endroit, si proche des camps gnolls de l'Ouest, mais très peu étaient ceux qui osaient s'approcher du comté, aussi n'y avait-il pas trop de risques.

Pour cette dernière raison, il fut d'autant plus surpris lorsqu'il aperçu, caché dans un fourré, un genre de sac. Le travail du cuir n'était pas le passe-temps favori des gnolls, et rien dans ce sac n'aurait de valeur aux yeux d'un humain, néanmoins la curiosité le poussa à regarder de plus près ; vilain défaut que celle-ci.

Il sortit le sac du buisson dans lequel il était empêtré, et récupéra rapidement deux parchemins avant de reposer le reste en vrac par terre. Il avait oublié à quel point l'odeur de ces bêtes pouvaient être insoutenable.
Il se mit à lire, l'irrégularité de la chose piquant de nouveau sa curiosité. Des documents, dans des affaires d'un animal maîtrisant seulement quelques mots de commun qui se cantonnaient à "manger" ou "tuer" ?
Après quelques secondes de lecture, il y eu un bruit, un petit craquement de branche. Un écureuil, le vent, l'age ? N'importe quoi aurait pu provoquer ce bruit si anodin en forêt.

Et il fut pris d'effroi, il se retourna vivement, haletant, regardant tout autour de lui, puis il se mit à courir vers le village, feuilles en main.
"Pourquoi, pourquoi, pourquoi ?!" Ce mot fusait dans sa tête. Pourquoi avait-il lu ces fichus papiers, et pourquoi lui ? 23 ans de vie aux Carmines, pas une seule tâche, pas une seule faute. M.Rubbens était calme, riche, mais généreux. Pas de femmes, pas d'alcool, pas d'embrouilles. Le seul mal qu'il avait pu faire dernièrement était celui qu'il resservait à ses prises, qui finissaient souvent dans son estomac.
Alors pourquoi avait-il pu lire son nom sur cette feuille, pourquoi avait-il fallu qu'il trouve ce sac ?
Arrivé chez lui, il ne prit même pas la peine de fermer la porte, d'enlever ses bottes, il fonça à l'étage. Il devait cacher ces feuilles et foncer voir la Garde. Une fois dans sa chambre, il ouvrit ses tiroirs.
"Non, trop simple !" se dit-il. Il n'arriva pas à réfléchir convenablement, il devait se calmer, souffler, songer. Il prit un instant pour réfléchir au meilleur endroit où les cacher, pour que personne ne puisse les trouver.

Un instant de trop. Il s'écroula, la douleur était telle qu'il ne put crier, mais il résista au mieux lorsque ce bougre tenta de lui arracher ces feuilles de malheur. La Fin, il sentait son  propre sang chaud lui couler dans le dos, alors que sa vision s'assombrissait. Au moins avait-il pu garder un des deux documents, l'autre ayant préféré prendre la fuite, qu'il serra fort dans sa main en guise de trophée.  


"Mais pourquoi moi ?"

_________________
Hedwë a écrit:Mais comme le dit Aliane peu être un peu brusquement...
Aliane Trias
Aliane Trias
Officier supérieur de la Garde
Officier supérieur de la Garde

Nombre de messages : 4349
Date d'inscription : 22/09/2011

Feuille de personnage
Nom de famille: Trias

Revenir en haut Aller en bas

Un matin aux carmines Empty Re: Un matin aux carmines

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum